Bonjour tristesse, de Françoise Sagan (1954)

Bonjour tristesse, c’est le roman le plus célèbre de Françoise Sagan, publié en 1954 alors qu’elle n’avait que 19 ans. C’est aussi le premier livre que j’ai lu d’elle (merci Marion), et sûrement pas le dernier.

Il raconte les vacances d’été de Cécile une jeune fille de 17 ans, accompagnée de son épicurien de père et sa maîtresse du moment Elsa, dans leur grande maison du sud de la France (surement pas très loin de là où j’ai grandit d’ailleurs). Quelque peu livrée à elle-même, Cécile profite de ses vacances à la mer, de la chaleur et de Cyril, le garçon qu’elle a rencontré sur la plage avec qui elle apprécie passer du temps.
 Tout va basculer lorsque débarque Anne, une amie de la famille qui va chambouler la vie de tous ces personnages.

Dans son premier roman, Françoise Sagan décrit avec une certaine innocence, l’insouciance et la joie de vivre que connaissent un père et sa fille, leurs sorties arrosées sur la côte d’azur,  ainsi que leur vision particulière du monde, de la beauté et de l’amour.
Elle parvient à nous plonger dans cette ambiance de la vie d’une famille bourgeoise d’après guerre, complètement déconnectée du reste du monde, avec une grande facilité.
Au fil du livre, on s’attache étonnement à cette peste d’adolescente privilégiée, qui n’accepte pas qu’une femme de tête (Anne) dont elle admire pourtant l’élégance et la personne, rentre dans sa vie, se mette en travers de la relation privilégiée qu’elle a avec son père, l’oblige à travailler durant l’été et l’empêche de voir son amour de vacances.

Même s’il est bien accueilli par la critique, ce roman a créé la polémique dès sa sortie, notamment de par sa description du désir sexuel féminin, du jeune âge de l’auteur et de sa vision des relations amoureuses. En le lisant aujourd’hui, c’est d’avantage l’insouciance et l’indifference à la vie qu’elle laisse transparaître, qui me touche.

Issue d’une famille de la grande bourgeoisie, Françoise Sagan « le charmant petit monstre » aura connu une vie mouvementée, tournant autour de l’argent, des hommes, de la drogue et des belles voitures. Décédée en 2004 d’une embolie pulmonaire, elle laisse derrière elle quelques oeuvres, de nombreuses frasques mais surtout l’image d’une scandaleuse assumée, paradoxalement douce et insouciante. 

Bonjour tristessse, un classique de la littérature française, un roman à l’histoire certes banale, mais que j’ai dévoré. J’ai aimé cette legèreté dans l’écriture, et adoré faire ce voyage dans le temps, dans le sud et surtout dans le monde de Cécile à travers la vision de Sagan. Bref, je vous le recommende!

Petit plus spécial flemmard: il fait 150 pages, interligne double, police 14, autant vous dire que c’est pas un pavé.

Bonne lecture!