Stocker, ma passion

Début Janvier: « Ma première résolution pour cette nouvelle année: faire un énorme tri à l’appart, bonne année »,

Début Avril: « Ménage de printemps!!  je vire tout! »,

– Début Août:  « Bloquée dans un Paris désert, y’a plus qu’une chose à faire: ranger mon appart »,

–  Y’a pas si longtemps: « Septembre, la rentrée: un bon prétexte pour tout balancer ».

♦♦♦

Des mois que je me dis qu’il faut que je devienne une fille organisée.

Des mois.

Et pourtant, ce matin, en me levant:

– « Putain de bordel de merde, c’est pas possible le bordel qu’il y a dans cet appart!!!!!!!!!!!!!!!!« 

On note 1/ la vulgarité de la fille qui vient de se lever, qui se prend le coin de la commode dans la hanche et qui souffre, 2/la redondance du terme « bordel » qui souligne l’état apocalyptique du lieu.

Vous l’aurez bien compris, j’ai pas encore commencé à ranger. Mais alors, pas du tout.
Enfin je veux dire, je fais le ménage, ne vous méprenez pas, n’allez pas commencer à lancer sur la toile que cloumcloum est une grosse dégueulasse.

Mais, c’est incroyable cette faculté à stocker que j’ai. Enfin là, c’est même plus un stock chez moi, c’est une véritable collection d’objets dans chaque catégorie.

 ♦♦♦

Alors, j’essaie de me rassurer en me disant qu’il y’en a d’autres dans la même situation, mais quand même:

♣ Depuis que je suis à Paris, j’ai déménagé un nombre de fois incalculable. Alors bon, je ne sais pas si c’est signe d’instabilité, ou peut-être tout simplement de ras-le-bol d’être enfermée dans les mêmes 17m2, ou encore le besoin de changer de mur, l’envie de changer de quartier. Bref, toujours est-il qu’aujourd’hui je pense avoir développé une sorte de déménagementophobie*, qui me donne vraiment du mal à investir dans des meubles. Jusqu’à y’a deux ans c’était pas vraiment un problème car j’avais toujours vécu dans un meublé. Mais là, nous sommes arrivées en coloc dans un appartement vide! Imaginez mon effroi: on a du acheter des meubles. Alors on a acheté des meubles.
Mais arrivée au rayon placards, j’ai bloqué: beaucoup trop grands, beaucoup trop lourds ces choses là. Bon oui, merci je sais qu’on peut se faire livrer. Mais figurez-vous que c’est pas vraiment l’arrivée dans l’appartement qui m’angoisse, ni-même le montage du meuble: c’est comment je vais faire quand je vais déménager, hein, qu’est-ce que je vais en faire de mon armoire montée qui pèse trois tonnes!? Bref, en l’occurence, j’ai toujours pas acheté de placard. Alors, j’ai bien essayé de battre le record de la plus haute montagne de vêtements dans ma chambre, mais M. a eu pitié de moi, et m’a trouvé l’alternative parfaite: les portants. Merci M.

 ♣ Et ce bordel sur ma commode… je ne sais pas si c’est pour me donner un air faussement intelligent, mais j’ai cette fâcheuse tendance à garder à portée de vue tous mes tickets de cinéma, mes billets d’entrée dans les lieux d’expo, les spectacles, les musées, plus les petits livrets d’explication qui vont avec, les cartes postales des oeuvres. Enfin ça, c’est le premier tas. L’autre tas, c’est mon courier depuis 2 mois. Celui que je mets de côté parce que je dois le trier. Que je dois trier, j’ai mis le doigt sur le problème, oui. Au milieu de tout ça trainent mes livres, mes bijoux, mes papiers, mes photos, et même un pain d’épice Hello Kitty (merci H.). Pouah, quelle angoisse.

♣  Ah ce carton dans lequel sont stockées mes chaussures depuis 1992, dîtes moi que vous en avez vous aussi? Enfin, je suis même pas sûre qu’on puisse encore appeler ça des chaussures à ce stade d’usure. Et pourtant, je m’obstine à les garder, malgré le fait que je ne les porte plus, qu »elles soient moches et/ou sales, voire trouées, en un mot: dégueulasses. J’imagine qu’on doit avoir une sorte de relation spéciale avec nos chaussures. Impossible de s’en débarrasser sans se dire:  » si je les jette, je vais le regretter c’est sûr, c’est obligééé! à tous les coups j’aurai besoin de cette paire une fois que je les aurais jeté ». Alors, je les garde. Dans ce carton qui craque tellement il est plein. Et là, je ne vous parle que des chaussures que je ne mets plus..

 ♣ Sinon, je dois avoir pas loin de 50 produits de beauté qui trainent un peu partout dans ma salle de bain. Bien entendu, je me sers uniquement d’un tiers de ces produits (l’autre tiers a été testé et abandonné, puis le tiers restant n’a jamais été utilisé). Moi, grande actrice de notre société de consommation? ouai y’a de ça. Bien entendu, on multiplie ce chiffre par 2 (100 produits donc, pour les nuls) si on compte toutes les mignatures reçues dans les beauty box ces deux dernières années (JolieBox, GlossyBox, MylittleBox, oui j’ai tout essayé). Et quant aux box en elles-mêmes.. des petites boites si petites, si jolies, et qui paraissent si utiles (en jour, j’en ferai un short en carton)! M’en débarrasser paraît impensable.

♣  Enfin, et pour couronner le tout, je dois aussi vous avouer que mon appart sert beaucoup trop souvent de zone de dépôt pour mes amis en transition de vie. Des transitions qui durent parfois longtemps. Très longtemps. Et moi, je stocke.

Alors, plus le temps passe, et plus je me dis qu’en fait, être organisée, c’est dans les gènes, ça ne s’acquiert pas.

Mais bon, je me rassure en me disant que je ne suis pas la seule dans ce cas.

Kiss

 

* après vérification, il y a un terme véritable pour signifier la peur du déménagement: la tropophobie, et bim! à rajouter à ma liste des phobies (juste après la butirophobie, et la K-WAYphobie).

——————–

Je perds pas le nord: n’oubliez pas d’aller voter pour mon blog pour les GOLDEN BLOG AWARDS 2012 tous les jours jusqu’au 22 Octobre ! Merci!